Tre exportinriktade frizoner öppnas i Västsahara

Skapad: 2009-07-27, Senast uppdaterad: 2011-12-03

Av frizonerna som ska upprättas ligger en nära hamnstaden Dakhla och två nära huvudstaden El Aayoune. De ska dra till sig investeringar och skapa arbetstillfällen med hjälp av inhemska och utländska industriföretag. Produkter som nämns för export är jordbruksvaror, djupfryst, bearbetning av fisk och skaldjur, textil och läder, elektronik, metallurgi och mekanik, emballage och logistiktjänster. 

Zonerna får disponera 13,5 hektar i Dakhla och 34,3 resp 109,9 hektar i El Aayoune-området.

I informationen från de marockanska myndigheterna betonas inriktningen på den afrikanska marknaden, men också närheten till Kanarieöarna och därigenom till EU-marknaden. Flera av de produkter som nämns finns redan på marknaden i olika EU-länder.

Se artikel nedan ur marockanska Le Matin.

-------------------

http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=110&id=112194

Zones franches à Dakhla et Laâyoune

Des réalisations pour booster l'investissement et la création d'emploi Les diverses actions entreprises ont permis de créer un nouveau tissu industriel. Publié le : 26.04.2009 | 14h29

L'adoption par le Conseil de gouvernement du projet de décret portant sur la création de zones franches dédiées à l'export, l'une à Dakhla et deux autres dans la province de Laâyoune, aura, sans doute, des retombées bénéfiques sur l'économie régionale.

En effet, cette mesure permettra de créer une dynamique industrielle répondant aux besoins de la région en termes d'investissement et de création d'emploi. L'idée est de rendre les deux provinces des plateformes de délocalisation pour les industriels nationaux et étrangers. Les pouvoirs publics veulent, en effet, en faire un pôle stratégique de développement. Afin d'atteindre cet objectif, bon nombre de projets structurants ont été réalisés dans les deux régions de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra et Oued Dahab- Lagouira.

Les diverses actions entreprises ont permis de créer un nouveau tissu industriel à proximité de Dakhla et de Laâyoune basé essentiellement sur l'exploitation et la transformation des produits halieutiques. Selon le ministère de l'Industrie et du Commerce, la nature de l'activité industrielle à Dakhla et Laâyoune est axée sur l'export.

Aussi, la création d'une zone franche dédiée à l'export constituera-t-elle une aubaine pour attirer les investissements étrangers et donner, ainsi, un coup de fouet à l'économie de la région. L'approbation de la décision de la mise en place des zones franches dans les provinces du Sud intervient après les résultats de différentes études menées sur le terrain qui ont démontré la plus haute importance de la création de telles infrastructures. On a constaté, en effet, que ce genre de plateforme industrielle est conforme au climat économique des provinces du Sud vu que l'accent sera mis sur les ressources halieutiques ainsi que toutes les industries en relation avec cette activité.

Le projet a déjà été examiné et approuvé par la commission nationale des zones franches d'exportation, le 28 février 2008. Les activités vont avoir trait à plusieurs secteurs. On peut citer entre autres, les industries agricoles, la congélation, le traitement et la transformation des produits maritimes, les industries de textile et de cuir ; les industries électroniques, métallurgiques et mécaniques, l'emballage, les services relatifs à la logistique portuaire, la commercialisation des différentes activités de la zone…

La liste des services relatifs aux travaux à mettre en place dans la zone sera définie par une décision conjointe du ministre de l'Industrie et du commerce et celui de l'Economie et des finances sur proposition de la commission nationale des zones franches d'export. Les futures zones franches offriront aux investisseurs un cadre fiscal prévu par le texte régissant le secteur. Il est lieu de souligner que ce sont des zones franches d'exportation et non d'importation, conçues en adéquation avec le contexte économique régional dans lequel s'intègrent les provinces du sud.

Pour les investisseurs étrangers, ils pourront disposer d'un point de liaison avec le voisinage africain. Ils pourront tirer profit de la proximité géographique du marché de l'Afrique subsaharienne et ceux notamment des îles Canaries et du Cap Vert. Un partenariat avec ces marchés est prévu pour renforcer l'ouverture des régions du Sud et atteindre ainsi, les objectifs escomptés tant au niveau du développement économique que de la création d'emploi. La région ambitionne, ainsi, de drainer de grands investissements par la création d'une grande valeur ajoutée. Il faut dire qu'elle regorge de ressources halieutiques mais manque d'infrastructures industrielles adéquates.

Il est à signaler que la zone franche de Dakhla est prévue sur une superficie de 13,5 Ha alors que celles de Laâyoune seront étendues sur des superficies de 34,3 Ha et 109,9 Ha.

Grand effort
Le développement des provinces du Sud se poursuit. Un grand effort a été déployé par les pouvoirs publics au cours des dernières décennies. Elles ont été dotées, en effet, de ports, d'aéroports, de routes, de zones industrielles... Mais, le développement des investissements privés ne répond pas encore aux potentialités de la région bien qu'on commence à ressentir petit à petit une dynamique qui s'y installe. C'est pour cette raison que la mise en place des zones franches dédiées à l'export s'avère-t-elle très importante pour booster les investissements dans les provinces du Sud.